Le concept de salaire complet

En proposant de rassembler de manière synthétique dans des cadres spécifiques des informations telles que le montant des cotisations salariales et le coût total pour l’employeur, la fiche de salaire simplifiée proposée par la loi Warsmann du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit va dans le sens des partisans du concept de « salaire complet ».

a man with rising coins

Approche libérale de la rémunération

Le « salaire complet » est un concept au cœur de la double proposition libérale suivante :

  • l’employeur devrait verser à l’employé l’intégralité de son salaire, sans retenue à la source des cotisations sociales (patronales comme salariales)
  • l’employé est responsable ensuite de choisir les assurances maladie, chômage ou retraite auquel il souhaite cotiser, s’il souhaite cotiser

Cette approche témoigne d’une philosophie radicalement opposée à celle actuellement retenue en France : le prélèvement à la source. Le prélèvement à la source présente l’avantage de masquer l’importance de l’effort final demandé en France à chaque citoyen, de rendre les prélèvements obligatoires moins « douloureux ».

Par opposition, pour les partisans du salaire complet, l’idée est de laisser à chacun la liberté d’effectuer ses propres arbitrages en termes de prévoyance : investissement dans des assurances maladies, retraite, chômage, etc.

Cette proposition est également motivée par un souci de transparence : le salarié, responsable de ses choix de cotisations, sait précisément la part de salaire qu’il affecte à ce budget.

Salaire complet VS salaire net

Le salaire complet englobe le coût total de la rémunération versé par l’employeur au salarié.

De manière plus synthétique :

Salaire complet = cotisations patronales + salaire brut

soit

Salaire complet = cotisations patronales + (salaire net + cotisations salariales)

145     =      45     +     80    +        20

Note : les chiffres ci-dessus correspondent aux ordres de grandeur pour un salaire brut d’indice 100.